/// CHRONIQUES
Date d'ajout : 12-12-18

Alain Bashung – « En amont »

C’est l’histoire d’un homme qui a marqué de son empreinte le rock français, l’histoire d’un rockeur parti trop tôt et qui avant de s’éteindre laisse des consignes précises à son épouse concernant une liste importante de morceaux encore à l’état de maquette. Dans cet opus posthume, Chloé Mons, sa dernière épouse donne la direction artistique, Edith Fambuena dessine un écrin à la mesure du personnage qui bien avant « Bleu Pétrole » avait enregistré les textes d’auteurs talentueux comme Dominique A, Mickey 3D ou Raphael. Le résultat est bluffant à plusieurs titres. L’univers d’Alain Bashung est respecté et sa voix une fois de plus transfigure des textes ciselés qui ne cesse, une fois écoutés, de nous tourner en tête.

Alain Bashung - « En amont » : La chroniqueEnregistrées à la suite de l’album « L’imprudence », ces maquettes donnent à voir un Alain Bashung se cherchant dans une sobriété qu’il souhaitait plus accrue pour son prochain album. Délaissant pour une fois son processus créatif fait de multiples mélanges entre différents artistes, il décide de travailler à l’ancienne autour des textes que lui concoctent plusieurs artistes de renom. Ces compositions resteront longtemps dans un tiroir ou sur une bande son sans être utilisées suite au décès de l’artiste. Ce n’est que dernièrement sous la houlette de Chloé Mons que ces bijoux pop et blues ont été rassemblés et mis en musique par une Edith Fambuena toujours aussi précise.

Dès les premiers accords d’« Immortels », titre écarté au dernier moment par l’artiste suite à la découverte du mal qui le rongeait, on est plongé dans le grand bain de cette pop blues et lancinante qui nous fait frissonner. Guitare sèche, voix ample et grave, Alain Bashung nous revient d’outre-tombe pour mieux nous emporter dans un premier morceau montant progressivement en puissance. La musique du français nous fait frissonner de cette façon qu’il a de nous envelopper d’une chanson française singulière et puissante, où chaque mot glisse et nous percute de plein fouet avec un sens de la diction qui nous laisse une fois de plus béat d’admiration.

Baigné dans une réverbération très 50’s sur un titres comme « Ma peau va te plaire » ou perclus d’un blues au harmonies mélancoliques sur « Elle me dit les mêmes mots », Alain Bashung dessine avec une finesse qui le caractérise un titre une fois de plus fort et tournant qui nous enveloppe de son caractère grinçant. On y retrouve un artiste au sommet de son art s’invitant dans une pop rude et griffante qui met en avant avec beaucoup de talent une voix reconnaissable entre toutes. Nappant son grain de voix dans des compositions qui ne cesse d’aller et venir, il nous enivre de sa poésie sans faux semblant aux contours doux et acides.

Sobre et granuleuse, l’instrumentation de Fambuena donne au texte de Dominique A, de Raphaël ou de Mickey 3D sur l’excellent « Montevideo » ce supplément d’âme qui fait d’un bon texte une grande chanson. Alain Bashung caresse de sa voix sans âge une composition qui nous sidère de son approche frissonnante. Avec cette poésie qui ne le quitte pas, il dessine des titres diablement puissant. Dans un blues lent et salvateur, il dissémine sa pop éclatante avec un sens du texte unique et puissant.

Il y’a dans l’approche de cet opus posthume d’Alain Bashung une volonté de creuser un blues intergénérationnel lent aux mélopées tristes qui ne cesse de nous emporter dans un univers à la tristesse feutrée. Cet album semble résumé dans une phrase écrite par Dominique A sorti du titre « Seul le chien » : « C’est le dernier soupir que je m’entends pousser ». Bashung dessine sur ces formidables maquettes, les coulisses d’un album qui apparaît comme son meilleur. Avec « En Amont » la boucle est bouclé. S’inscrivant pleinement dans une discographie de très grande qualité, ce dernier album n’est pas l’ombre d’un Bashung mais bien son dernier soupir.

Arnaud Le Tillau
arnaud.letillau@quai-baco.com

En savoir plus sur Alain Bashung

Warning: Use of undefined constant news - assumed 'news' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/39/d400130497/htdocs/wp-content/themes/Permanent/article-chronique.php on line 190

Warning: Use of undefined constant news - assumed 'news' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/39/d400130497/htdocs/wp-content/themes/Permanent/article-chronique.php on line 190

Warning: Use of undefined constant news - assumed 'news' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/39/d400130497/htdocs/wp-content/themes/Permanent/article-chronique.php on line 190

Warning: Use of undefined constant news - assumed 'news' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/39/d400130497/htdocs/wp-content/themes/Permanent/article-chronique.php on line 190

Warning: Use of undefined constant news - assumed 'news' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/39/d400130497/htdocs/wp-content/themes/Permanent/article-chronique.php on line 200

Warning: Use of undefined constant news - assumed 'news' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/39/d400130497/htdocs/wp-content/themes/Permanent/article-chronique.php on line 200

Warning: Use of undefined constant news - assumed 'news' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/39/d400130497/htdocs/wp-content/themes/Permanent/article-chronique.php on line 200

Warning: Use of undefined constant news - assumed 'news' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/39/d400130497/htdocs/wp-content/themes/Permanent/article-chronique.php on line 200

Copyright : Quai Baco Stimuli - Mentions légales - S'abonner - Contact Pro - contact@quai-baco.com - Quai Baco Production