/// CHRONIQUES
Date d'ajout : 04-07-21

HIDE – « Mono & Decrease »

Dans la famille Limananas, je demande le guitariste ! Appui fondamental de la formation live des montpelliérains et membre de l’Epée, Alban Barate a profité du premier confinement pour s’enfermer dans un studio et composer ce magnifique « Mono & Decrease ». Véritable barre d’énergie à l’éclectisme sain, ce premier album de HIDE voit l’émergence d’un groupe multipliant les incursions en terrain folk, pop et rock pour un rendu exceptionnellement humain et frissonnant.  Dans un fracas de sonorités, HIDE dessine le tumulte du monde avec singularité. 

Le premier titre intitulé « I Fall Asleep » est l’occasion pour HIDE de nous dévoiler l’essence même de sa musique. Dans une composition aux harmonies enivrantes, les français dessinent une composition mêlant rock puissant et pop au spectre large. On se laisse prendre au jeu de cette musique à la grandiloquence saine. Avec distinction, ils nous délivrent un premier titre mêlant musicalité folle et tempête pop pour un rendu qui nous rappelle diablement l’univers des Limananas

Il y a dans la musique de HIDE cette approche de pop enjouée voire orchestrale qui se plaît à s’entrechoquer « Sharon ». Dans un déluges de sonorités grasses et huileuses, les français construisent un rock collant qui fonctionne parfaitement. Dessinant des fourreaux mélodiques dans lesquels on se perd, HIDE nous impressionne de sa puissance pop. Sur un background très granuleux qui les voit utiliser une basse, une guitare saturées et une voix grésillante, les français n’ont pas leur pareil pour nous imprégner de leurs mélodies pop vertigineuses. On est vite immergé par cette musique qui nous enveloppe de son approche cotonneuse et rock et nous fait penser à un artiste comme Rover

Le clair obscur est l’arme d’Alban Barate qui en joue avec une délicatesse folle dans une composition comme « Eerie Dancer ». On est impressionné par sa capacité à transformer sans difficulté une musique qui n’en finit pas de nous entrainer dans un manège fort aux émotions sous jacentes. Ecrasant de leurs talents une musique où la clarté vient percuter un côté obscur au rock ténébreux extrêmement efficace, HIDE nous illumine de son approche au rock lourd et tonitruant. On est vite subergé par cette musique qui non contente de faire trembler les murs vient toucher du doigt une perfection mélodique proche d’un Bowie ou d’un Pink Floyd des débuts. 

Toutes les compositions de « Mono & Decrease »  viennent mettre en joue une musique au rock prépondérant. Avec HIDE tout semble possible, toutes les sonorités devienne fracassantes et l’on aime se perdre dans ces compositions aux improvisations folles « The Rite ». Cultivant une musique puissante tout en étirement, les français viennent titiller un rock entre brutalisme et pop nuancée. Le résultat est impressionnant de vigueur et les voit tutoyer les sommets sur une grande partie des compositions qu’ils nous proposent.  Puisant aussi bien dans la pop orchestrale que dans le rock brutal, HIDE fait feux de tout bois avec un sens de la composition qui nous les rendent automatiquement sympathique et talentueux. 

La musique de HIDE se trouve entre pop et rock dans une finesse et une complexité invisible à l’oeil nu mais qui nous saute aux yeux après plusieurs écoutes. Ce premier album est un coup de maître alliant mélodies pop entrainantes et rigueur musicale dans un tout baigné par un rock planant ou une pop orchestrale grandiloquente. Immergée dans sa reverb, la musique d’Alban nous propose un voyage dans un univers unique à la pop précise et au rock tonitruant. Mystique par endroit, la musique des français est synthétisée à la perfection par cette cover dotée d’un artwork époustouflant mêlant folie et vintage. Tapis dans l’ombre des Limananas, Alban Barate sort enfin de sa coquille pour notre plus grand plaisir. 

Arnaud Le Tillau
arnaud.letillau@quai-baco.com


Copyright : Quai Baco Stimuli - Mentions légales - S'abonner - Contact Pro - contact@quai-baco.com - Quai Baco Production