/// CHRONIQUES
Date d'ajout : 26-10-20

Daniel Trakell – « Warning Bell »

Connu pour un premier EP encensé par la critique en australienne, Daniel Trakell nous revient dans un premier album intitulé « Warning Bell ». Abordant le thème de la séparation et du traumatisme en découlant dans un un folk à la mélancolie assumée, le jeune australien nous impressionne de sa maturité sonore dans un premier album touchant et tendre. Avec un sens de la composition, il dessine une suite de titres tous plus bienveillants les uns que les autres pour un rendu dépassant les espérances. 

Daniel Trakell - "Warning Bell" : La chronique

Lumineux et avenant des « WisdomBoredom » , 1er titre de cet opus, Daniel Trakell nous enveloppe de ses sonorités douces. Se lançant dans une musique à la chaleur cotonneuse, il construit un folk délicieusement aérien qui vient nous caresser de son bon flow. Travaillant une composition sans révolutionner le style tout en gardant des idées pétillantes, Daniel Trakell nous enivre de ses bonnes ondes. On se laisse prendre au jeu de cette musique de coucher de soleil qui fonctionne pleinement sans jamais n’être une seule fois lassante ou kitch.

Ce qui impressionne le plus dans ces différentes compositions, ce sont ces sonorités que l’australien réussit à diffuser dans des compositions rayonnantes à l’image du magnifique « Turnaround ». Lumineux dans son traitement d’un folk à la sobriété éclatante, Daniel Trakell réussit sans nous brusquer à nous emporter dans son univers. On est comme entouré par cette musique aux guitares aériennes et aux sonorités rustiques qui viennent dessiner un tout sentant bon le terroir et la campagne ensoleillée. Bruissant de milles et une idées, le folk de l’australien n’en finit pas de multiplier les instrumentations travaillées pour mieux nous immerger dans une approche souriante et mélancolique d’un folk rappelant follement ses compatriotes Angus and Julia Stone.

Travaillant un chant aux harmonies douces « Let Me Be », il ne cède jamais à la facilité dans des compositions aux mélodies solaires. Nous troublant de sa capacité à synthétiser dans une composition une mélancolie ne dégoulinant pas, Daniel Trakell nous impressionne de sa capacité à nourrir un folk précieux et magnifiquement mis en lumière. Dans un concert de sonorité extrêmement travaillées, il dessine une musique proche d’un Eels tout en gardant cette rigueur folk enivrante.  

Ce qui plait par-dessus tout dans cette musique c’est cette capacité qu’a l’australien à coucher sur ses compositions ses douleurs d’enfances pour mieux les décortiquer sans jamais élever la voix. Tout chez Daniel Trakell n’est que douceur et tranquillité. Creusant un folk éclairant aux mélodies solaires il nous fait frissonner de son aisance à construire des compositions superbement orchestrées sans jamais tomber dans la naïveté folk.

L’émotion est le fil conducteur de cet album faisant la part belle aux turpitudes nuancées. Utilisant le folk comme un vecteur tendre et paisible à son ressenti, Daniel Trakell dessine une musique touchante aux liens et déliés cotonneux. L’amour est présent dans chaque composition de ce formidable album. Mais loin de nous servir une soupe inaudible ou bien-pensante, Daniel Trakell transforme ses souffrances en un hymne paisible et méditatif qui nous touche pleinement. Il y a un côté véritablement consolateur dans cette musique pleine de bonnes ondes. Dans un folk proche d’une country lente et enveloppante, l’australien n’a de cesse de construire une musique qui nous marque de sa capacité à adoucir nos peines.

Arnaud Le Tillau
arnaud.letillau@quai-baco.com


Copyright : Quai Baco Stimuli - Mentions légales - S'abonner - Contact Pro - contact@quai-baco.com - Quai Baco Production