/// ACTUALITÉS
Date d'ajout : 16-12-13

Keziah Jones, l’achimiste du blufunk

En 1991, ce vocaliste funambule et virtuose de la guitare est repéré dans les couloirs du métro parisien. Six albums plus tard, l’état d’esprit « globe trotter » des débuts est toujours là. Dans son nouveau « Captain Rugged », le bluesman nigérian fusionne blues, soul et funk dans une bande-son à son image, aussi inventive que percussive : le blufunk.

 

Keziah Jones, l'achimiste du blufunk

© Matthieu Lemaire Courapied

C’est en jouant dans les couloirs de Saint-Michel et des Halles que vous avez rencontré le directeur artistique de la maison de disque Delabel…

C’est vrai. Alors que je jouais, quelqu’un s’est approché et m’a tendu sa carte. Il me proposait d’aller en studio pour enregistrer une cassette démo. Sur le coup, j’ai dit oui sans arrière-pensée. Ce n’est que plus tard que j’ai réalisé que c’était l’occasion d’être signé…

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ce nouvel album ?

Cet album est un hommage à Lagos, la ville où je suis retourné vivre, un hommage à la musique afro funk aussi. Son fil conducteur est « Captain Rugged », un superhéros robuste et courageux qui apparaît comme le sauveur de la ville. C’est un moyen de parler de l’immigration, de l’aliénation, mais aussi de la magie, des superpouvoirs, de la sorcellerie africaine…

En quoi la musique d’aujourd’hui vous semble-t-elle différente de celle des années 1970 et 1980 ?

La musique était alors beaucoup plus organique, les musiciens travaillaient collectivement, en groupe avec des orchestres. Ils vivaient parfois ensemble, il y avait une identité collective chez des artistes comme Fela, Sun Ra ou Funkadelic. Aujoud’hui, avec l’univers numérique, il est beaucoup plus difficile de faire naître une couleur, de donner à chaque artiste une identité sonore propre.

On vous a vu cet été au festival Fnac live devant plusieurs milliers de personnes. Vous êtes au Bataclan les 16 et 17 décembre. Quel public aimez vous affronter : les grandes arènes ou les petites salles ?

J’aime les deux cas de figure, même si les concerts intimes procurent plus de plaisir.

Dans vos chansons que nous pouvons entendre l’énergie funk soul blues des années 70 et 80 . Pouvez-vous nous en dire plus sur ce nouvel album ?

Cet album est un hommage à Lagos, la ville où je suis retourné vivre, un hommage à la musique afro funk aussi. Le fil conducteur de cet album est le « Captain Rugged », un super heros robuste et courageux qui apparaît comme étant le sauveur de la ville. C’est un moyen de parler de l’immigration, de l’aliénation mais aussi les voyages dans l’espace, la magie, les super-pouvoirs, la sorcellerie africaine…

Certaines de vos chansons pourraient facilement illustrées des publicités . Que diriez vous si l’opportunité se présentait ?

Dans la musique , je crois que les règles sont faites pour être brisées. Tant que le produit se rapporte à ma vision du monde, d’une certaine façon cela ne me dérangerait pas…

Keziah Jones

© Matthieu Lemaire Courapied

Oui, je reprends Prince et Bob Dylan et joue de temps en temps un titre de Bob Marley

Comment vous sentez-vous lorsque vous êtes sur le point de monter sur scène ?

Je suis dans une ambiance intérieure méditative, à la fois excité mais tranquille

La scène ou enregistrer en studio que préférez- vous ?

Etre sur scène, sans aucun doute. Pouvoir être connecter en prise direct avec le public, de partager ses chansons en live est un vrai privilège

Quels sont les projets pour l’année prochaine ?

Tourner et finir la construction de mon studio à Lagos.

Cimetière du Père Lachaise St Germain des Prés et des berges de la Seine, sont les endroits que les touristes étrangers préfèrent . Quels sont vos quartiers favoris à Paris ?

En journée j’aime bien me promener vers le jardin du Luxembourg. La nuit, c’est l’ambiance de la butte Montmartre qui m’attire.

Nouvel album « Captain Rugged » (Because).
Du 16 au 17 décembre, Keziah Jones sera au Bataclan. 50 bd Voltaire, 11 e. Tél. 01 43 14 35 35. A 19h30. 36.75 €

Jean-Christophe Mary

En savoir plus sur Keziah Jones

Warning: Use of undefined constant news - assumed 'news' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/39/d400130497/htdocs/wp-content/themes/Permanent/article-breve.php on line 210

Warning: Use of undefined constant news - assumed 'news' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/39/d400130497/htdocs/wp-content/themes/Permanent/article-breve.php on line 210

Warning: Use of undefined constant news - assumed 'news' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/39/d400130497/htdocs/wp-content/themes/Permanent/article-breve.php on line 210

Warning: Use of undefined constant news - assumed 'news' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/39/d400130497/htdocs/wp-content/themes/Permanent/article-breve.php on line 210

Warning: Use of undefined constant news - assumed 'news' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/39/d400130497/htdocs/wp-content/themes/Permanent/article-breve.php on line 220

Warning: Use of undefined constant news - assumed 'news' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/39/d400130497/htdocs/wp-content/themes/Permanent/article-breve.php on line 220

Warning: Use of undefined constant news - assumed 'news' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/39/d400130497/htdocs/wp-content/themes/Permanent/article-breve.php on line 220

Warning: Use of undefined constant news - assumed 'news' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/39/d400130497/htdocs/wp-content/themes/Permanent/article-breve.php on line 220

Copyright : Quai Baco Stimuli - Mentions légales - S'abonner - Contact Pro - contact@quai-baco.com - Quai Baco Production