/// CHRONIQUES
Date d'ajout : 01-03-20

Oh Wonder – « No One Else Can Wear Your Crown »

Traçant depuis 2014 leur voie dans une pop feutrée, Oh Wonder nous revient pour un troisième LP intitulé « No One Else Can Wear Your Crown ». Élégants sur un pochette à la sobriété très design, les anglais nous transportent dans une musique pop , sobre et sophistiquée. Une fois de plus, le duo dessine une pop superbement travaillée qui fonctionne à merveille.

Oh Wonder - "No One Else Can Wear Your Crown" : La chronique

Travaillant sur un premier titre « Dust » une pop syncopée au groove tonitruant, le duo Oh Wonder pose de suite le décor d’une musique à la fois lisse et tranchante. Sobrement éclatant ce premier titre ouvre la voie en nous caressant les oreilles de son approche unique. Diablement belle, la musique d’Anthony et Josephine nous impressionne de sa beauté épurée et intrinsèque. Travaillant des sonorités sobres et entêtantes sur un titre comme « Happy », le duo se délecte de structures pop superbement ficelées.

Enveloppant de leur voix mêlée des compositions à l’élégance brute et intime, le duo dessine une pop à l’élégance puissante compilant aussi bien l’approche electro que la pop harmonique pour un rendu qui nous laisse bouche bée. Loin de proposer une pop commerciale, les anglais innovent et transforment l’essai dans un tout changeant et superbement travaillé. Maîtrisant pleinement leur approche pop, ils se plaisent à transformer les codes populaires pour mieux les incorporer à une culture bourgeoise « Better Now ».

Tranchants dans leur écrin de soie, les chants n’en finissent plus de se réinventer au travers d’une diction travaillée et d’une construction millimétrée qui ne laisse que peu de place à l’improvisation « Hallelujah ». Le résultat est au dessus des attente et consacre une fois de plus ce duo comme un des grands capable de relever la pop actuelle. La sobriété absolue que l’on retrouve sur certaines compositions « In and out of love » donne à cet album une pureté qui nous émeut. Audacieux, capables d’utiliser un vocoder sans perdre une once de grâce, les anglais nous entraînent dans une approche simple et addictive d’une pop prenant peu à peu son envol dans une orchestration classique.

Malgré quelques titres un peu de deçà « How It Goes » où la ligne rouge de l’approche commerciale semble avoir été franchie dans une composition rappelant brièvement les meilleurs titres de musique d’ascenseur, ce nouveau album reste bien au dessus du lot. Pour preuve, « Drunk You » à la pop inventive et addictive qui ne cesse de se transformer pour mieux nous entraîner dans une sorte d’électro feutrée, violente et addictive. 

S’inscrivant dans une pop très maîtrisée, Oh Wonder réussit pourtant à y intégrer une sorte de folie intérieure qui fonctionne à merveille. On se laisse prendre au jeu de cette musique qui puise aussi bien dans l’orchestral que dans l’électronique pour mieux habiller des mélodies tortueuses. Nous poussant dans une instrumentation virevoltante, Oh Wonder s’inscrit dans une approche simple et diablement addictive d’une pop simpliste et touchante. Sur un fil dans dans la plupart des titres de cet album, les anglais nous époustouflent de ce mélange entre sérénité et groove qu’ils sont capable de proposer. 

Arnaud Le Tillau
arnaud.letillau@quai-baco.com


Copyright : Quai Baco Stimuli - Mentions légales - S'abonner - Contact Pro - contact@quai-baco.com - Quai Baco Production