/// CHRONIQUES
Date d'ajout : 09-03-20

Roches Noires – « Made To Disappear »

Il y a parfois des choix qui peuvent avoir un fort impact dans certaines carrières. Après plusieurs années à écumer les bars de Rouen en tant que batteur de plusieurs formations, Clément Durand a décidé de fonder Roches Noires en solo. Bien lui en a pris, en effet au travers d’une premier EP intitulé « Made To Disappear » le producteur normand nous entraine avec joie et gravité dans un univers à l’electronica singulière, racée et vite enivrante.

Roches Noires - "Made To Disappear" : La chronique

C’est tout d’abord par un « Breathin » à l’electro collante que Roches Noires vous prend à la gorge. Pesante et dense, la musique du normand aux synthétiseurs toujours plus enveloppants, nous fait plonger dans le grand bain d’une électronique complète. Nous imprégnant jusqu’à l’os de cette musique ronde et envahissante, Clément Durand transforme l’essai dans un premier titre aux profondeurs synthétiques insondables qui ne cesse de se transformer au fil du temps. Puissante et oppressante cette musique cultive une approche personnalisée d’une électro maîtrisée et travaillée.

Que ce soit sur « Dancing Spirit » ou  le très rock « Lights Off » , on se laisse glisser doucement dans une musique mélangeant pop atypique et électro pointue. Dans une matière organique qui ne cesse de s’affiner au fil des écoutes, le français n’hésite pas à prendre des risques pour nous englober dans son univers naviguant entre précision hard core et mélodies pop. Véritable bouillon de culture électro, Clément Durand multiplie les parties rythmiques pour mieux nous immerger dans cette musique aux instrumentations puissantes. Se jouant de sonorités changeantes, Roches Noires puise dans une matière sonore homogène pour un rendu extrêmement fin et concentré qui ne cesse de nous surprendre à chaque mesure. 

Sans un mot, Clément Durand s’attaque avec audace à une electro rigoureuse et entraînante. Jouant sur des basses enveloppantes tout en gardant un lead extrêmement dansant, il traduit avec simplicité une électro organique aux milles et unes nuances qui ne cesse de multiplier les bonnes idées au fur et à mesure des morceaux. Il y a une cohérence folle dans la musique du français qui sans tomber dans la monotonie réussit à relier chaque titre par une sorte de fil rouge électro dont on est rapidement captif. Transformant progressivement un background dansant il y ajoute sa vision d’une musique parfois proche de l’illustration sonore qui ne cesse de confiner au superbe. L’audace est présente partout sans être écrasante chez le jeune rouennais et donne à sa musique un goût de sobriété extrêmement addictif. 

Puisant dans une pop aux dimensions voluptueuse, Roches Noires ajoute au fronton de cet album des titres qui n’en finissent pas nous entraîner dans un univers complexe et diablement addictif. Cinématographique à souhait sur le somptueux « Ascending » en forme de course poursuite, la musique du jeune français réussit à transformer en image des sonorités toujours plus enveloppantes qui ne cessent de nous prendre aux tripes. Sur ces 7 minutes et sans jamais nous brusquer, Clément Durand construit une véritable piscine electro dans laquelle nous nous immergeons bien à l’abri du bruit de l’époque.

Ce « Made to Disappear » risque fort de ne pas passer inaperçu. Avec ce qu’il faut de très bonnes idées électro , Roches Noires profite sur cet EP de toute la science musicale que Clément Durand a acquit au fil des années. Avec un sens aiguë de l’harmonie et une sensibilité pour l’expérimentation, le français a en lui tout les atouts pour devenir au fil des ans un grand de l’électro française. Dansante sans n’être jamais une seule fois mièvre, l’électronique de Roches Noires tranche dans le gras et ne laisse que du muscle dont on se délecte. Touchant avec ardeur à ce qui fait l’ossature d’une bonne musique électro, le rouennais tape là ou cela fait mal avec une approche à la fois rock et electro. Dans une approche dantesque et douce, Roches Noires dessine une electro pluvieuse et venteuse comme on en voit que rarement.

Arnaud Le Tillau
arnaud.letillau@quai-baco.com


Copyright : Quai Baco Stimuli - Mentions légales - S'abonner - Contact Pro - contact@quai-baco.com - Quai Baco Production