/// CHRONIQUES
Date d'ajout : 03-04-21

Otzeki – Now is a long time

« Now is a long time » aurait pu être le sous-titre du premier confinement. C’est pourtant juste avant le premier lockdown à Londres que le duo Otzeki a mis au point une grande partie de ce deuxième album. Dans la droite ligne d’un premier album salué unanimement par la critique, ce deuxième opus vient confirmer tout le bien que nous pensons d’eux. Dans un mélange de groove discret et de musique club feutrée, les londoniens, cousins à la ville, nous transportent dans leur univers avec une facilité déconcertante. Inventif et exigeant ce nouvel album consacre un groupe au talent impressionnant. 

Il y a dès les premières mesures de ce premier titre «Shy Sooo Shy »  une pop rythmique à l’électro feutrée et violente qui nous intrigue. Dans une sobriété très tenue, les anglais distillent une électro osseuse et fine. Basé principalement sur une rythmique qui nous enivre, le titre voit une mélodie réduite au strict minimum habiller un background extrêmement travaillé aux illustrations sonore audacieuses et nues. On se laisse prendre au jeu de cette musique en forme de filigrane qui se transforme progressivement en une ode limpide et fragile à la rythmique électro. Timide comme son nom l’indique, cette première composition pose le décor d’un groupe de l’ombre qui fait bouger imperceptiblement les lignes d’une pop à l’électro distillée. 

Travaillant une matière musicale comme d’autres travaillent la matière organique, Otzeki aime surprendre et expérimenter dans un cadre à la pop fait de milles et unes sonorités « Sweet Sunshine ». On voit sous nos yeux se construire progressivement une pop addictive sans accoutumance qui voit son background prendre de plus en plus d’ampleur. Dessinant une splendeur électro pop tout en gardant cette liberté d’expérimenter, Otzeki nous enivre de son approche contrastée. Tout n’est que délicatesse dans ces compositions où les claviers tout en rondeurs viennent agrémenter une voix simple. Calquant sur une rythmique toujours très évoluée et en contre temps, les londoniens paraissent nous éblouir de leurs constructions aux squelettes visibles qui tels des bâtiments en verre font passer la lumière au travers. 

Il y a une luminosité folle dans ces structures rappelant les êtres des abysses. Monochromes dans leurs sonorités, les londoniens misent tout leur talent sur les nuances de gris et le traitement de chaque son. Le travail présenté est époustouflant de sa précision et de son pragmatisme. Avec presque rien, Otzeki dessine une pop changeante et relevée. Il y a une sorte de ligne claire qui nous impressionne et nous rend le tout addictif. Cultivant un groove incroyable sur la plupart de leur morceau « Max Wells-Demon » , « Used To Wonder » , les londoniens nous enveloppent par cette musique qui progressivement prend le contrôle grâce à une instrumentation superbement bien pensée et qui n’en fini pas de se transformer.

Porté par un couple basse, batterie extrêmement efficace, « Unthunk » est un modèle du genre. Le duo creuse avec un sens hors norme de l’electro des compositions addictives et enivrantes. Loin de faire dans le mainstream, Otzeki se plait à raffiner avec précision une musique au groove sobre et indomptable. Complètement folle sur « Leave Yourself Alone », la musique d’Otzeki nous laisse groggy. Les londoniens construisent une pop au feutré criard qui n’en finit pas de nous faire tourner la tête. On se laisse prendre au jeu de la puissance pop qui s’écoule de ces compositions proche du club  où tout est pensé pour danser et se réfugier. 

Il y a dans les rythmiques omniprésentes d’Otzeki une soif de faire beaucoup avec peu. Sans jamais tomber dans la surenchères des couches successives, ils nous inondent d’une musique possédant sa propre âme. On aime cette simplicité sonore , cette sobriété électro et cette complexité de texture qui donne au tout une impression d’immensité. Croisant le fer avec douceur dans une suite de compositions à l’éclatante pop, les londoniens réussissent avec presque rien à nous emporter dans leur univers fait de raffinement et de rythmiques au groove parfait. Tout tient en quelques lignes, tout est épuré et le rendu est une sorte de musique hypnotisante et douce comme on en fait rarement.  Otzeki transcende le genre et ouvre une nouvelle voie avec un enthousiasme sans fond.

Arnaud Le Tillau
arnaud.letillau@quai-baco.com


Copyright : Quai Baco Stimuli - Mentions légales - S'abonner - Contact Pro - contact@quai-baco.com - Quai Baco Production