/// BIOGRAPHIES
Date d'ajout : 01-03-12

Yann Tiersen signe chez Labels

Yann Tiersen - Quai Baco

Yann Tiersen naît à Brest le 23 juin 1970.

La famille Tiersen reste en terre brestoise seulement quelques mois puisqu’en octobre, les bretons déménagent à Rennes.

Le violon : je t’aime, moi non plus

A 6 ans, Yann entre au Conservatoire pour y étudier le piano, le même instrument que papa, mais surtout le violon, instrument que son grand-père lui a offert à son anniversaire.

Yann est élevé au sein d’une famille mélomane qui écoute du Jean Ferrat, Léo Ferré et Georges Brassens mais surtout de la musique classique. Son père emmène souvent son fiston à des concerts où Yann découvre avec intérêt les répertoires des plus grands compositeurs comme Stravinski et Prokofiev.

Mais à force de pratiquer le violon à longueur de journées, Yann commence à en avoir marre. A 13 ans, il quitte le Conservatoire et brise son instrument.

La musique classique, ce n’est pas fait pour lui. Ce qu’il veut faire, c’est faire du rock.

« J’ai arrêté très tôt le classique, vers 13 ans, car à ce moment là j’ai écouté du rock et presque aussitôt j’ai fait un groupe avec des copains : c’était plus mon univers, je ne me suis jamais reconnu trop dans la musique classique. » (lemague.net, 23/04/05)

Bowie, Iggy Pop, Joy Division, voilà la musique qu’il apprécie ! Sa mère lui offre sa première guitare et Yann en profite pour monter ses premiers groupes dont Wart, groupe de punk dans lequel il est pianiste.

Finalement, après réflexion, Yann retourne à ses instruments de prédilection : le piano et le violon. Il commence à composer et reprend les cours aux Conservatoires de Nantes et de Boulogne.

« La prochaine étape pour moi a été de mettre tous ces titres bout à bout sur des cassettes et de les envoyer aux labels, en ciblant du mieux que je le pouvais. » (sacem.fr)

Conquérir la Bretagne puis la France

On le sollicite pour travailler sur les pièces de théâtre « Le Freaks » et « Le Tambourin de soie » ce qui n’empêche pas Yann de bosser en même temps sur son premier album.

Il sort « La Valse des monstres » en 1995 dans une indifférence quasi totale d’un point de vue national. Par contre, à Rennes, Yann Tiersen devient un pilier de la scène musicale. Il participe notamment aux Trans Musicales.

« Mon tout premier disque a reçu un accueil confidentiel, mais il m’a permis de participer à l’effervescence du rock rennais : j’ai beaucoup joué, seul sur scène, en éparpillant mes instruments par terre. » (lexpress.fr, 20/06/05)

L’année suivante, il sort un nouvel album, « Rue des cascades » : succès d’estime une nouvelle fois.

Jusqu’au jour où, en 1998, Yann Tiersen signe en licence chez Labels et sort son troisième album « Le Phare ».

« C’est là que les choses ont basculé, qu’un changement s’est opéré dans ma carrière. Finis les petits lieux où personne ne vous connaît. Du jour au lendemain, je suis passé d’un public limité à plusieurs milliers. J’ai enfin pris conscience de ce que représentait le fait d’enregistrer un disque que le public achète ! » (sacem.fr)

En savoir plus sur Yann Tiersen

Copyright : Quai Baco Stimuli - Mentions légales - S'abonner - Contact Pro - contact@quai-baco.com - Quai Baco Production