/// CHRONIQUES
Date d'ajout : 23-05-17

The Red F – « Balm of Gilead »

Issu de la scène de Portland, Tim Burns est la voix et la guitare de Phantom Buffalo qui en un album s’est imposé comme le groupe folk par excellence. C’est donc en duo que l’américain nous revient accompagné de Vince Nez pour un « Balm of Gilead » produit sous le nom d’emprunt The Red F. Album pour le moins singulier et diablement addictif, il n’était jusqu’alors réservé qu’à une poignée d’abonné du label Microculture qui a eu la bonne idée d’ouvrir sa diffusion. 

The Red F – « Balm of Gilead » : La chroniqueC’est avant tout une voix douce, une guitare omniprésente et un violoncelle sobre qui nous accueille sur un « Fingers » à l’approche délicate et sans fioriture. The Red F nous subjugue de suite par son tact et sa science fine et dentelé d’une folk à la mélancolie ensoleillée et enveloppante. Nous immergeant dans un folk délicat et tendre, Tim Burns nous impressionne de ses mélodies claires et cristallines.

Il y a dans la musique de Tim Burns une sobriété naturelle, une plénitude qui s’affirme tout au long de cet album. Mixant avec délicatesse une approche synthétique sur un background voix guitare, le natif de Portland réussit à intégrer une once de modernité dans des compositions taillées sur-mesure. Approche d’orfèvre dans des titres au folk mélodique et tout simplement beau, Tim Burns dessine une ligne claire et concise dans des morceaux le plus souvent charmante. On reste sans voix devant ces bonnes idées qui à aucun moment ne tranchent avec cet atmosphère douce et tranquille qu’il insuffle avec charisme à cet album.

Loin de se contenter d’un folk pépère, The Red F n’hésitent pas à intégrer dès « Sang Like Machine » une pointe d’électro dans leur compositions. Jouant avec les sons pour mieux les faire briller, ils construisent une matière musicale de plus en plus dense qui ne cesse de se réinventer. Quel régal que ces compositions chaudes et enveloppantes aux mélodies frissonnantes appuyées d’une guitare claire et d’un violoncelle puissant. On se laisse emporter par cette musique rare et éphémère qui nous berce de ses mélopées si délicates rappelant beaucoup un Tiersen des derniers albums dans cette façon de sublimer les sonorités délicates et brutes.

Montant progressivement en puissance « Balm of Gilead » devient de plus en plus pop. D’abord doucement sur « Orchard Avenue » puis plus franchement sur « Walker Fits », Tim Burns construit avec intelligence une atmosphère musicale complexe et cristalline trouvant son inspiration dans une douceur de vivre et une complexité des sentiments. On est vite emportés par ces mélanges puissants et sous tension qu’il nous propose « As our age » où la batterie fait son apparition « Hop of The Fake ». Multipliant les cordes, Tim Burns compose une sorte de symphonie de bric et de broc que sa voix douce ne cesse de soutenir.

Grave, mélancolique et puissante la musique de The Red F ne nous laisse pas indifférent. Faisant évoluer avec intelligence une folk classique pour mieux nous immerger dans une pop complexe et diablement addictive, Tim Burns ne ménage pas sa peine. Multipliant les expériences synthétiques et rythmiques dans un background des plus doux, il réussit progressivement à sortir sa folk d’un cocon qui souvent la dessert. Sobre et riche à la fois, puissante et intimiste, cette musique multiplie les contraste pour mieux inventer un style à part mélange de pop de folk et d’une pincée d’expérimentation toujours extrêmement bien dosée. A recommander !

Arnaud Le Tillau
arnaud.letillau@quai-baco.com


Copyright : Quai Baco Stimuli - Mentions légales - S'abonner - Contact Pro - contact@quai-baco.com - Quai Baco Production