/// BIOGRAPHIES
Date d'ajout : 08-03-12

Mademoiselle K rate son CAPES

Mademoiselle K - Quai Baco

Katerine Gierak, alias Mademoiselle K, naît le 17 novembre 1980 à Levallois-Perret.

Son père était peintre en bâtiment et sa mère, cadre dans le social puis psychologue.

Petite, Katerine veut devenir cavalière ou bien chef d’orchestre. Mais à 4 ans, en se promenant au bois de Boulogne, elle aperçoit un guitariste qui va lui donner goût à la musique.

« J’ai toujours cette photo dans ma chambre où justement je suis en train de courir en me marrant vers ce type. » (rtl.fr)

Sa mère décide de l’inscrire à l’éveil musical mais Katerine veut absolument faire du piano. Faute de budget, ce sera finalement la flûte à bec… On fait avec les moyens du bord chez les Gierak.

Du coup, Katerine va se bricoler elle-même ses instruments. Avec sa raquette de tennis, elle ajoute une ficelle au manche, et hop, voilà sa première guitare ! Pas folle la guêpe !

Finalement, à force de persévérance, Katerine va enfin obtenir sa première guitare et son premier piano. A 15 ans, elle fait ses premières gammes en apprenant les solos de « Starway To Heaven » et d’ « Highway To Hell ». Le rock, c’est devenu sa passion number one !

En 98, Mademoiselle K entre au Conservatoire national de Boulogne, section guitare évidemment ! L’année suivante, elle suit des cours avec son mentor, Annick Chartreux.

« J’ai toujours eu la volonté de m’ouvrir vers l’extérieur musicalement. Grâce à Annick Chartreux, j’ai pu découvrir le jazzman Manuel Rocheman ou le compositeur Krishna Levy. C’est génial de découvrir la musique avec un prof comme celle-là. » (chequeculture.iledefrance.fr)

Une fois le bac en poche, Mademoiselle K s’inscrit en musicologie avec comme ambition de devenir prof de musique. C’est également à cette période qu’elle commence à écrire ses premières compositions.

« J’ai commencé à écrire mes morceaux à 20 ans peu de temps après avoir fait l’amour pour la première fois. » (Max, 10/06)

Jusqu’au jour où, en 2000, Mademoiselle K rate son CAPES. Cet échec est synonyme de déclic pour la jeune fille qui décide de tout tenter pour devenir chanteuse.

« Comme j’ai raté le concours je n’avais plus rien à perdre j’ai fait ce que j’aimais vraiment. Et tout s’est passé parfaitement bien pour moi. Mais prof c’est comme artiste finalement tu te retrouves seul face à un auditoire. C’est un vrai défi d’arriver à chopper leur attention et à les intéresser sur une matière. » (m-la-musique.com)

En savoir plus sur Mademoiselle K

Copyright : SARL 40A Stimuli - Mentions légales - S'abonner - Contact Pro - contact@quai-baco.com