/// BIOGRAPHIES
Date d'ajout : 28-02-12

Laurent Voulzy rencontre Alain Souchon

Laurent Voulzy - Quai Baco

Lucien Voulzy, alias Laurent Voulzy, naît le 18 décembre 1948 à Paris de parents guadeloupéens.

Lucien le boy-scout

« Ma mère a quitté la Guadeloupe et est venue seule à Paris, enceinte de moi. Dans sa famille, attendre un bébé sans être mariée était très mal vu. Donc, on lui a vivement conseillé de traverser l’Atlantique et d’accoucher à Paris. » (Sélection, mai 2007)

Sa mère étant danseuse, elle n’a pas beaucoup de temps à consacrer à l’éducation de Lucien. Il est donc placé chez une nourrice jusqu’à 8 ans. Il retourne dans son appartement de Nogent sur Marne où sa mère a abandonné tout rêve de danseuse et élève maintenant ses quatre enfants, 3 garçons et une fille.

« Nogent dans les années 50, à l’école, il n’y avait pas un seul enfant noir, j’étais un peu complexé. Les gamins peuvent être cruels, je me suis retrouvé attaché à un arbre, traité de Negro, à bouffer de la neige… » (L’Express, 06/12/01)

A Nogent, Lucien fait partie des Cœurs Vaillants (scouts catholiques) et fait des colonies de vacances avec son pote Christian Vander (du futur groupe Magma).

« La vie communautaire m’exaltait, on fabriquait des chars, des radeaux, des traîneaux, on faisait des jeux de piste, des feux de camps… » (L’Express, 06/12/01)

Sa première guitare

C’est à ses quinze ans que maman Voulzy va avoir une merveilleuse idée. Elle lui offre sa première guitare acoustique (guitare qui figure sur la pochette de son album « Avril » en 2001).

C’est en écoutant les chansons de Little Richard et Ray Charles que Lucien va travailler ses gammes à la guitare.

Au lycée, Lucien Voulzy se passionne pour le rock et en particulier celui des Beatles. Paul McCartney devient rapidement son idole et, en 1964, Lucien Voulzy décide de monter son premier véritable groupe, les Hellences.

« C’était un groupe instrumental d’harmonicas, puis nous avons remplacé les harmonicas par des guitares. Nous avons commencé par jouer des instrumentaux (Apache, How high the moon, etc) puis les Beatles sont arrivés et ont tout chamboulé. Nous étions assez bons vocalement puisque nous chantions à plusieurs voix des morceaux des Hollies. » (VSD, 28/06/06)

En 1967, Lucien Voulzy monte le groupe Le Poing aux côtés de Mark Robson avec lequel il tourne à travers la France. Le Poing se retrouve même à partager l’affiche avec le Jeff Beck Group qui comprend dans son line-up Rod Stewart et Ron Wood.

Le Régiment de Hussards

Mais en 1968, Lucien Voulzy est appelé sous les drapeaux. Servie militaire oblige, il se retrouve à Orléans où il se voit confier la direction de la fanfare du 2ème Régiment de Hussards.

« J’étais catastrophé car nous venions de décrocher une tournée au Moyen-Orient. En arrivant, j’ai raconté que j’étais guitariste, ce qui était vrai, et que je jouais avec Michel Delpech et Michel Fugain, ce qui ne l’était pas. J’ai été démasqué à la fin de mon service militaire quand le frère de Delpech a été incorporé dans le même régiment et qu’il a, bien sûr, raconté qu’il ne m’avait jamais vu. » (VSD – 28 juin 2006)

A son retour à Paris, il s’inscrit en fac de Droit à Assas. Mais rapidement, une carrière de musicien s’offre à lui. Lucien rencontre Pascal Danel (« Les Neiges du Kilimandjaro », « La plage aux romantiques »…) alors à la recherche de musiciens. Ce dernier décide d’embaucher le jeune Lucien comme guitariste.

70 : années érotiques…

En 1970, Lucien décide de monter un nouveau groupe, Le Temple de Vénus. Avec eux, il va enregistrer son tout premier 45 tours qui comprend alors deux chansons, malheureusement trop peu connues du grand public, « Plaisir solitaire » et « Vos mains de dame ».

Le combo se sépare l’année suivante mais le label RCA propose à Lucien Voulzy de signer son premier contrat en tant qu’auteur. Ses premières compositions ne seront pas des chansons mais des bandes-sons pour des films érotiques : « Maîtresses de Vacances » et « Le Pied ».

Lucien Voulzy devient Laurent Voulzy

A 24 ans, Lucien Voulzy décide de changer son prénom en Laurent afin de sortir son premier simple solo. En 1972, Laurent Voulzy sort donc son premier 45 tours, « Folle de Toi » et « L’amour est un oiseau » arrangé par Jean-Daniel Mercier (qui avait travaillé avec Antoine). Ce premier album ne rencontre pas vraiment le succès puisque Laurent Voulzy n’en vend que 1000 exemplaires.

Laurent rencontre les mêmes galères avec « La Maison à croquer » en 1973. Jusqu’au jour où il fait la connaissance d’un autre jeune chanteur, Alain Souchon.

L’année suivante, le duo coécrit le premier album d’Alain Souchon, « J’ai dix ans ». La doublette semble fonctionner à merveille.

Voulzy sort un nouveau 45 tours, « Les radios qui chantent », mais encore une fois, c’est un échec. Sans pour autant baisser les bras, Laurent Voulzy décide de faire appel à son nouveau compère, Alain Souchon. Ensemble, ils composent le titre « Rockcollection » (1977). Le succès est immédiat.

« Ce qui est bizarre, c’est que mon 45 tours précédent, ‘’Les radios qui chantent’’, s’était vendu à 545 exemplaires. Et là, on m’annonçait 90 000 disques en une matinée. Cela a été la première vente massive de maxi 45 tours, puisque la version originale faisait 11 minutes et s’est vendue à 250 000 exemplaires. Je n’en revenais pas. Je crois que le disque a fini à 4 ou 5 millions en Europe. Cela a changé ma vie, j’ai acheté un appartement à Paris. Mon fils Nicolas est même né fin août 1977. Ce fut une année riche en émotions. » (Le Parisien, 26/04/08)

En savoir plus sur Laurent Voulzy

Copyright : Quai Baco Stimuli - Mentions légales - S'abonner - Contact Pro - contact@quai-baco.com - Quai Baco Production