/// BIOGRAPHIES
Date d'ajout : 29-03-12

Jamie Cullum signe chez Universal

Jamie Cullum - Quai Baco

Jamie Cullum naît le 20 août 1979 à Romford, en Angleterre.

Sa mère, d’origine birmane, est secrétaire et son père travaille dans la finance.

C’est un peu grâce à ses parents que le jeune Jamie se plonge rapidement dans la musique. Maman fait partie d’une chorale et papa est dans un groupe qui reprend les classiques des Beatles.

« D’une certaine manière, mon père, qui n’a jamais dépassé le stade des trois accords dans un groupe de rock à l’université, et ma mère qui chante dans un chœur m’ont ouvert la voie. Mais mon frère, qui jouait de la guitare au lieu de faire ses devoirs, qui écrivait des chansons au lieu de réviser, qui se laissait pousser les cheveux et faisait tous ces trucs très « rock » est ma source d’inspiration principale. » hebdo.ch, 2004)

A 8 ans, Jamie Cullum, poussé par son frère, commence à apprendre la guitare et le piano. Guère passionné par ces deux instruments, le jeune Jamie, comme tout anglais qui se respecte, préfère s’adonner au football qu’il pratique avec ses camarades.

Néanmoins, se sentant plus attiré par une carrière à la Mark Knopfler que Paul Gascoigne, Jamie replonge rapidement dans la musique. A ses 14 ans, il intègre un premier groupe dont il est le guitariste.

Étape suivante, Jamie se lance en solo accompagné de son piano. Il se découvre une nouvelle vocation : le chant.

« Je suis arrivé au chant par les standards: ‘’Just The Way You Look Tonight’’, ‘’All The Things You Are’’. Au début, je jouais ces morceaux, je fredonnais les paroles dans ma tête. Un jour, j’ai chanté un couplet, le public a eu l’air d’apprécier. Le chant est venu naturellement, comme le prolongement de mon amour pour les belles mélodies. » (So Jazz, novembre 2009)

En 1998, après des études de littérature et de cinéma, Jamie Cullum décide de sortir son tout premier album autoproduit « Heard it all before » qu’il vend à la fin de ses prestations dans les bars ou mariages du coin.

« J’ai économisé 400£ sur mon prêt étudiant et j’ai produit mon premier album. A la fin d’un mariage, j’ai fini d’écouler le stock de cinq cents copies de mon CD que je rangeais à l’arrière de ma voiture, pour 10£ chacun. Sur le moment, j’ai simplement pensé que c’était cool sans y croire plus que ça. » (Femi-9, février 2010)

Passionné de jazz, on retrouve beaucoup d’influences de Jamie sur cet album regroupe des reprises de standards tels que « Ive got you under my skin », « Love for sale » ou bien « God bless the child ».

Après une amourette française qui l’entraine à Paris durant une année, Jamie Cullum revient en Angleterre ou il sort un deuxième album autoproduit, « Pointless Nostalgic ».

Une nouvelle fois, cet album autoproduit ne parvient pas à faire sortir Jamie de l’anonymat. Jusqu’au jour où, en 2003, Jamie Cullum signe avec Universal et sort l’album « Twentysomething ».

« Signer avec Universal et sortir l’album ‘’Twentysomething’’ ont vraiment été un tournant dans ma vie. Un grand moment. D’autant que le disque a marché. » (Femi-9, février 2010)

L’année suivante, il est nommé aux Grammy Awards dans la catégorie « Album jazz » pour son album « Twentysomething ».

En savoir plus sur Jamie Cullum

Copyright : Quai Baco Stimuli - Mentions légales - S'abonner - Contact Pro - contact@quai-baco.com - Quai Baco Production