/// BIOGRAPHIES
Date d'ajout : 21-03-12

Indochine ne fait plus la 1ère partie de Taxi Girl

Indochine - Quai Baco

Nicola Sirkis, chanteur du groupe Indochine, naît le 22 juin 1959 à Anthony, dans les Hauts-de-Seine.

Nicola a deux frères, Stéphane (son jumeau) et Christophe.

En 1961, son père, ingénieur atomiste, est muté en Belgique et plus précisément à Bruxelles où la famille Sirkis déménage.

« Jusqu’à l’âge de 13 ans, nous avions le privilège d’être des Français résidant à l’étranger. Quand on est môme, on a vite tendance à se sentir supérieur! On formait un vrai gang de Français dans une école qui regroupaient des Européens de diverses nationalités. Pour les vacances, nous partions dans le Tarn, où notre père avait acheté une maison. » (xxxindodreamxxx.centerblog.net)

En 1972, les parents Sirkis divorcent. Les trois enfants sont placés dans un pensionnat près de la frontière francobelge.

Retour à Paris

Après deux ans passés dans ce pensionnat, les frangins reviennent en France auprès de leur mère. Ils s’installent dans un petit appartement à Châtillon.

Nicola Sirkis : « Je crois que j’étais un ado super solitaire alors que Stéphane, lui, il avait sa bande. En fait, ‘’la déchirure’’ s’est passée en 3ème ou 4ème. C’est-à-dire que moi, j’étais très mauvais, donc je me suis retrouvé en école privée à Paris. Jusque là, on était toujours dans la même classe avant que je me retrouve avec les ‘’nazes’’ comme on dit, les classes aménagées. Et puis lui, après, il est allé dans un lycée en banlieue. On s’est séparé là dans deux univers complètement différents. Lui était en classe mixte, il a fait toutes les conneries possibles, et moi boom : l’artiste maudit ! L’incompris. » (Rock Mag, 11/05)

Il faut dire que les études, ce n’est pas forcément la tasse de thé des frères Sirkis. Pour preuve, Nicola rate son baccalauréat à 4 reprises !

En avant la musique

Ce qui intéresse plutôt les jumeaux, c’est la musique ! Pour Stéphane, ses références sont plutôt les Stones, Patti Smith et Bowie. Quant à Nicola, c’est la vague punk qui va le marquer. Des artistes comme les Cure, les Strangler ou les Clash, font partis des références musical du jeune homme.

En 1980, Nicola intègre son premier groupe de musique, Les Espions, fondé par son frère Stéphane. Son premier tour de chant, Nicola l’effectue à Angers lors d’un mariage. Le groupe ne compte qu’une dizaine de titres dans son répertoire qu’il joue en boucle afin de pouvoir animer la soirée entière.

L’année suivante, Nicola fonde avec son ami Dominique Nicolas, son propre groupe. Difficile de se décider pour le choix du nom, les deux compères hésitent entre « F.T.P. », « Les Résistants » ou encore « Saïgon ». Finalement, aucun des trois ne sera retenu. Ils choisissent de se nommer « Indochine ».

Nicola Sirkis : « C’est vrai aussi, que ce nom a une connotation politique guerrière. Mais, en aucun cas, nous ne voulions être un groupe politique à message spécifique. On flashait plutôt sur une musique d’épopée, d’aventure baignant dans l’exotisme.» (Rock music magazine, 1988)

Indochine souhaite convaincre les maisons de disques de les signer mais pour cela, il faut bien passer par la scène.

« L’Aventurier »

Pour leur tout premier concert, le groupe a besoin d’un pianiste et d’un saxophoniste. A la rescousse arrivent alors Stéphane au piano, le frère de Nicola, et Dimitri Bodianski au saxo.

Le 29 septembre 1981, Indochine peut enfin donner son premier concert au Rose Bonbon à Paris.

Nicola Sirkis : « J’annonçais les titres sèchement, sans concession. C’était le mouvement punk qui voulait ça. Tout public était suspect et j’avais l’impression qu’il fallait le convaincre par une forme de violence. Les directeurs artistiques venaient nous voir dans les loges avec leurs cartes de visite comme dans les films. EMI voulait nous signer mais souhaitait que l’on change de nom. » (Le Parisien, 27/03/06)

Un mois plus tard, Indochine signe un contrat avec une maison de disques. Ils enregistrent leur premier single composé des chansons « Dizzidence Politik » et « Françoise ».

Les critiques relatives au single sont plutôt bonnes mais le groupe n’intéresse pas spécialement les médias.

Jusqu’au jour où, en avril 1982, Indochine est choisi pour faire les premières parties du groupe de Daniel Darc, Taxi Girl. Le succès est tel que le manager de Taxi Girl, inquiète, décide de déprogrammer Indochine !

En novembre, Indochine sort son premier 45 tours, « L’aventurier », qui s’écoule à plus de 250 000 exemplaires et le succès ne fait que commencer…

En savoir plus sur Indochine

Copyright : Quai Baco Stimuli - Mentions légales - S'abonner - Contact Pro - contact@quai-baco.com - Quai Baco Production