/// BIOGRAPHIES
Date d'ajout : 24-04-12

Gérald De Palmas se fait voler sa maquette

Gérald De Palmas - Quai Baco

Gérald Gardrinier, alias Gérald De Palmas, naît le 14 octobre 1967 à Saint-Denis de la Réunion.

Mais toute la famille Gardrinier quitte les Dom-Tom en 1977 pour s’installer à Aix-en-Provence.

Sa maman est prof de français dans un collège. Pas de chance pour elle, le petit Gérald se retrouve dans sa classe en cinquième. Piètre élève, il enchaine les mauvaises notes et parvient même à obtenir une note négative lors d’une dictée…

Ce qui intéresse plutôt Gérald, c’est déjà la musique et surtout la collection de cassettes de ses parents.

« Mes parents avaient une sorte de cassette Best Of des années 50 genre Bo Diddley, Elvis… L’autre cassette, c’était un Best Of des Beatles et la troisième cassette, c’était Fernand Raynaud. Pendant trois années, je n’ai écouté que ça. C’était des bonnes bases. » (Voix sur Berges, 2005)

Gérald le bricoleur

C’est à 13 ans, quand il découvre le ska grâce à l’un de ses cousins, que Gérald va véritablement se passionner pour la musique. Le 45 tours des Specials, il l’écoute en boucle à longueur de journée.

Cette musique réveille en lui une âme de bricoleur puisque Gérald se fabrique lui-même sa toute première guitare à l’aide d’une cage à hamster comme caisse de résonance. Et question résonance, l’endroit où il préfère en jouer, c’est dans les toilettes !

« La maison était bizarrement foutue, en fait, les toilettes étaient assez grandes. Du coup, ils avaient mis du carrelage, et ça faisait un son super ! » (Tout le monde en parle, septembre 2005)

Finalement, il laisse tomber son magnifique instrument et préfère se mettre à la basse que l’un de ses amis lui à prêtée.

« J’ai appris la basse en déchiffrant les albums ‘’Outlandos d’amour’’ et ‘’Reggata de Blanc’’ de Police, qui mêlaient rock, reggae et pop. Police utilisait aussi des vieux orgues, des pianos électriques et de vraies basses. » (Phosphore, décembre 2004)

L’époque des Max Valentin

En 1985, avec Edith Fambuena et Jean-Louis Pierot, il fonde le trio Les Max Valentin. En guise de nom de scène, Gérald opte pour le nom de famille de sa mère, De Palmas.

Pour se faire connaitre, les Max Valentin y vont au culot et c’est dans une boîte de nuit à Aix-en-Provence qu’ils abordent Etienne Daho.

Etienne Daho : « Je l’ai rencontré quand j’étais en tournée à Aix en Provences. Après chaque concert, on allait s’arracher la tête. Et j’ai vu Gérald en boîte, il était très insistant. J’avais envie de tout sauf de parler. Je lui ai demandé de revenir le lendemain à mon hôtel pour qu’on puisse se parler. » (48H, 2004)

L’aventure solo

Séduit, le chanteur décide de les signer sous son label, Satori Song. Pour poursuivre sur leur lancée, le groupe se rend à Paris mais après quelques mois passés avec eux, Gérald De Palmas décide de quitter le groupe pour tenter une aventure en solo.

« Je sentais que j’avais un truc perso à faire et que je devais prendre une direction vers un univers bien à moi. Moi j’ai toujours aimé dans la musique les gens à l’univers bien défini comme Robert Palmer dont je suis un grand fan. Donc il fallait que je mette mon grain de sel partout pour que mes chansons me ressemblent. Il fallait donc que j’ai la mainmise sur tout. » (Platine, novembre 2004)

Mais le chemin pour y parvenir est sinueux et Gérald est obligé de gagner de l’argent pour pourvoir vivre dans la capitale. Il devient tour à tour bassiste pour Kent et Véronique Rivières puis musicien de plateau télé.

Lancée une carrière solo est difficile et Gérald De Palmas ne déroge pas à la règle ! Il galère, enchaine les petits boulots alimentaires, participe à des concours télévisés comme « Musique de demain » sur M6 avec Francis Cabrel comme jury.

Jusqu’au jour où, un stagiaire d’EMI lui vole une de ses maquettes.

« Un stagiaire avait ‘’piqué’’ une de mes maquettes qui traînait et s’est présenté chez EMI en disant : Je voudrais être engagé comme directeur artistique et voilà le genre de truc que j’aimerais signer. Et ça a marché ! » (Le Figaro, 13/03/01)

L’année suivante, Gérald De Palmas sort son tout premier album, « La Dernière Année », dont le single « Sur la route » connaît un énorme succès.

En savoir plus sur Gérald De Palmas

Copyright : Quai Baco Stimuli - Mentions légales - S'abonner - Contact Pro - contact@quai-baco.com - Quai Baco Production