/// BIOGRAPHIES
Date d'ajout : 16-02-12

Da Silva envoie une maquette au manager de Cali

Da Silva - Quai Baco

Emmanuel Da Silva naît le 15 avril 1976 à Nevers. Il est d’origine portugaise.

Dès l’âge de 12 ans, Da Silva rejoint son premier groupe dont il est le cadet, les Mad Coackroches. Leurs influences, ce sont les Ramones, les Béruriers Noirs ou bien les Clash. Emmanuel Da Silva n’a que 12 ans, mais il s’habille et joue de la musique comme un punk.

 

« En bas de chez moi, il y avait des groupes punk avec des super blousons, des super chaussures, des super guitares. Alors j’ai voulu faire comme eux, m’habiller comme eux, faire de la musique comme eux. Et je me suis aperçu que c’était un excellent moyen de défoulement.» (La dépêche du midi, 06/06/07)

Da Silva devient peu à peu une coqueluche à Nevers. Mais malgré cette notoriété naissante et les excès qu’elle engendre (drogue, alcool), Emmanuel n’est pas épanoui, loin de là…

Trois ans plus tard, Emmanuel le rebelle, décide de quitter la maison familiale. C’est décidé, ras-le-bol de Nevers. Il déménage à Moulins, juste à côté de Clermont-Ferrand.

Agé de 15 ans, Da Silva fonde un nouveau groupe, Punishment Park, avec certains membres des Tambours du Bronx. Avec cette formation, il arpente les scènes pendant trois ans.

En parallèle, Da Silva poursuit ses études qu’il abandonne le jour du bac de philo. Quelques jours avant l’épreuve, il reçoit un coup de fil lui proposant de chanter à Carcassonne avec son groupe. Da Silva hésite à monter dans le camion direction le Languedoc-Roussillon ou bien passer son épreuve de philo. Le jour J, il est dans le camion.

Après cette période punk/rock, Da Silva décide de couper les amplis et de s’accrocher à sa guitare acoustique. Il fonde le trio Venus Coma puis se lance tout seul sous le nom de Mitsu.

Rapidement, il est admis au sein de Warner, non pas avec un contrat d’artiste, mais en tant que représentant du label en Bretagne.

Il s’installe à Brest et arpente les routes bretonnes avec sa R9 pour vendre des albums. Deux années passent, Da Silva est licencié.

Il décide de retourner chez lui pour se concentrer sur sa musique et travailler sur de nouvelles maquettes. Jusqu’au jour où il envoie une de ces maquettes au manager de Cali. Séduit, ce dernier l’invite aux premières parties de Cali à Tours puis au Bataclan de Paris.

En savoir plus sur Da Silva

Copyright : Quai Baco Stimuli - Mentions légales - S'abonner - Contact Pro - contact@quai-baco.com - Quai Baco Production