/// BIOGRAPHIES
Date d'ajout : 06-06-12

Clarika est repérée par François Hadji-Lazaro

Clarika - Quai Baco

Claire Keszei, alias Clarika, naît le 3 février 1967 à Boulogne-Billancourt.

Sa mère est professeur de lettre. Son père, le célèbre poète hongrois Istvan Keszei, est un réfugié politique activiste qui fut contraint à l’exil en 1956 lors de l’invasion des troupes soviétiques.

D’où son surnom, Clarika, qui signifie Claire en hongrois

La demoiselle de Haute Savoie

En 1975, les parents de Claire se séparent et cette dernière déménage avec sa mère à Annemasse en Haute Savoie.

« Je suis arrivée à Anemasse en classe de CM2, puis j’ai fréquenté le collège Michel-Servet et le lycée des Glyères. Très tôt, j’ai eu envie de faire de la scène : à l’école, j’étais inscrite au club théâtre avec Alfred Le Renard. J’ai aussi pris des cours au Conservatoire de Genève mais très vite, j’ai préféré la chanson, sans doute pour son côté spontané ; le théâtre c’était trop cérébral ! » (Daumhiné libéré, 27/11/03)

Du coup, la petite Claire se retrouve à 8 ans au sein de la fanfare municipale des Cadets d’Annemasse, rien que ça !

Les années passent et, une fois son bac en poche, Claire décide de faire une première année d’hypokhâgne à Annecy avec l’idée de revenir ensuite sur Paris pour poursuivre ses études.

Du théâtre à la musique

Une fois rendue à la capitale, Claire s’inscrit en fac de lettres et commence à prendre des cours de théâtre aux Ateliers Charles Dullin. Mais le côté cérébral décrit ci-dessus ne l’enchante pas plus que cela.

Clarika se lance dans la musique et enchaine divers petites formations aussi bien ska que punk ou rock.

Après plusieurs années à multiplier les petits boulots, entre Mc Do et Télé-shopping, Clarika décide d’auditionner au Studio des Variétés.

Là-bas, elle y rencontre le chanteur belge Jean-Jacques Nyssen avec qui elle décide de collaborer.

De fil en aiguille, cette relation l’emmène à s’essayer à la scène. On la retrouve au Sentier des Halles puis au tremplin du festival Chorus des Hauts-de-Seine où elle décroche le prix spécial du jury.

Jusqu’au jour où Clarika est repérée par François Hadji-Lazaro, directeur du label indépendant Boucherie Production. Le chanteur du groupe Pigalle est séduit par la voix de la jeune fille et, au même moment, décide de lancer son propre label « Chantons sous la truie ».

Dès 1994, Clarika en profite pour sortir son premier album « J’attendrai pas cent ans ».

« C’est vrai que lorsque François Hadji-Lazaro m’a rappelé, j’ai tout de site dit OK. J’avais vraiment envie de tenter cette aventure. Je me sentais proche de la culture alternative de ces gens-là. » (Chorus, automne 2005)

En savoir plus sur Clarika

Copyright : Quai Baco Stimuli - Mentions légales - S'abonner - Contact Pro - contact@quai-baco.com - Quai Baco Production