/// BIOGRAPHIES
Date d'ajout : 08-02-12

Arthur H fait la première partie de Barbara

Arthur H

Arthur Higelin nait en 1966 à Paris.

Il n’a que 3 ans lorsqu’il fait ses premières vocalises en tant que chanteur sur l’album de son papa, Jacques Higelin, « Crabouif ». On peut l’entendre chanter quelques secondes sur la chanson « Petit tambour du roi ».

Solitaire durant son adolescence, Arthur s’intéresse très peu aux études. Il quitte le lycée à l’âge de 15 ans pour s’exiler 3 mois au large des Antilles, en bateau.

« Certaines expériences furent déterminantes dans ma vie, lors de mon périple en Guadeloupe surtout. J’avais 15 ans. Un trip hallucinogène qui m’a fait voir la vie en couleurs. Avant je la voyais surtout en noir et blanc. J’étais au lycée, j’écoutais de la cold-wave, ‘’Joy division’’, la vie je ne la considérais pas comme très joyeuse. » (Elle à Paris, 09/10/2005)

L’adolescent est alors marqué par un certain Jim Morrison, chanteur des Doors. En écoutant sa musique, Arthur se rend compte qu’il est possible de mélanger rock et poésie.

Ses parents décident alors d’envoyer le jeune Arthur à Boston, aux États-Unis, afin d’y étudier la musique pendant un an et demi à l’université. A son retour dans la capitale parisienne, il monte quelques groupes avec lesquels il teste ses premières compositions.

« Quand j’ai commencé à chanter, j’avais la voix du vilain petit canard. Mais dans un coin de mon cerveau, c’est Jim Morrison que j’entendais : j’avais cette idée abracadabrante que je pourrais chanter un jour comme lui. » (Les Inrocks, 9/11/05)

Passionné de musique pendant son adolescence, il est même « roadie » sur un festival de jazz à la Villette où l’on retrouve sur scène Miles Davis, Dave Brubeck et Claude Nougaro.

« Le jazz pour moi était intellectuel, alambiqué, je n’avais pas d’excitation particulière à être là. Je faisais mon petit boulot. Et je me coince une vertèbre en portant un ampli, très lourd, celui de Miles Davis. Une douleur ! Le dos coincé, allongé par terre. J’arrive quand même à me traîner comme un petit vieux au concert le soir, et là… quand Miles est arrivé et a commencé à jouer, ça m’a mis en transe ! » (sacem.fr)

En 1988, Arthur H effectue son premier concert au Festival de Bourges. Les critiques sont plutôt mauvaises sur cette performance. Arthur ne se laisse pas abattre pour autant. En décembre, il rencontre le contrebassiste Brad Scott avec qui il monte un spectacle dans une salle parisienne. Le succès est alors au rendez-vous.

L’année suivante, le duo s’enrichit d’un batteur : Paul Jothy. Le trio se produit alors au Théâtre de la ville de Paris et part ensuite en tournée en Afrique de l’Est.

On entend de plus en plus parler de ce pianiste à la voix cassée jusqu’au jour où, le 18 juillet 1989, il fait la première de Barbara aux Francofolies de La Rochelle. L’année suivante, il enregistre alors son premier album éponyme : « Arthur H ».

En savoir plus sur Arthur H

Copyright : Quai Baco Stimuli - Mentions légales - S'abonner - Contact Pro - contact@quai-baco.com - Quai Baco Production