/// BIOGRAPHIES
Date d'ajout : 23-04-12

Alain Chamfort est chouchouté par Claude François

Alain Chamfort - Quai Baco

Alain Le Govic, alias Alain Chamfort, naît le 2 mars 1949 à Paris d’Yvonne Escabasse et de Denis Le Govic.

« Peu de temps avant, ma mère, Yvonne, avait donné naissance à un enfant mort-né. Elle a vécu sa maternité avec beaucoup d’angoisse, jusqu’à mon arrivée, accueillie avec encore plus de bonheur. » (VSD, 11/11/08)

Toute la famille Le Govic habite à Clichy, dans un petit T2 sans salle de bains où une bassine y fait office de baignoire.

A 3 ans, la famille d’Alain déménage à Eaubonne dans le Val d’Oise. Ses parents décident alors d’inscrire le jeune Alain et sa sœur, Geneviève, à l’école de musique d’Enghien-les-Bains.

Alain et le piano

Alain est rapidement à l’aise au piano et ses facultés lui permettent d’enregistrer dès l’âge de 8 ans son premier disque seul au piano. Ce disque à exemplaire unique est remis à la famille en fin d’année.

Durant son adolescence, Alain Le Govic commence à préparer le concours d’entrée au Conservatoire National Supérieur de Musique mais il renonce finalement à intégrer l’établissement préférant s’orienter vers une musique plus rock et jazz.

Ainsi, en 1962, Alain fonde son premier groupe avec son meilleur ami, Patrice. Les Dreamer’s possèdent un répertoire exclusivement instrumental. Ils se produisent le dimanche après-midi à la MJC ou bien dans les bars de la région d’Enghien.

C’est à cette même période qu’il découvre la musique de Ray Charles lors de l’émission « Salut les Copains » diffusée sur Europe 1. C’est un véritable coup de foudre.

Les premiers groupes

L’année suivante, il intègre un nouveau groupe, Les Shaker’s qui recherche un organiste. Ça tombe plutôt bien car son père, Denis, vient de lui offrir un Honner à son anniversaire !

Le groupe, aux influences rock telles qu’Eddie Cochran ou les Shadows, s’inscrit à un concours au Blanc-Mesnil et remporte le prix. Le jeune Le Govic n’est pas passé inaperçu. Les Murator’s, groupe concurrent situé à Argenteuil parvient à convaincre Alain de se joindre à leur formation.

Avec les Murator’s, c’est le début d’une véritable carrière musicale pour Alain qui commence les tournées, se fait payer pour faire de la musique et surtout, commence à utiliser sa voix pour effectuer quelques chœurs…

Mais le groupe va finalement se séparer en 1965. Raison de la discorde : Alain Le Govic et le batteur, Alain Truffaut, souhaitent intégrer une section cuivre aux Murator’s. Les deux compères n’en démordent pas et décident de monter leur propre groupe avec deux saxophonistes et un trompettiste : Les Mods.

Pour la première fois, Alain Le Govic est intronisé comme le leader du groupe qui possède un répertoire essentiellement constitué de reprises d’Otis Redding ou James Brown mais aussi des premières compositions d’Alain.

Musicien de Dutronc

En 1966, les Mod’s sont repérés par la maison de disques Vogue qui décide de leur faire enregistrer un premier 45 tours. Pour faire la promotion de l’album, le groupe se rend à Aix-les-Bains pour enregistrer une émission de télévision aux côtés de Jacques Dutronc.

Ce dernier, séduit par la performance du groupe, décide de les embaucher en tant que musiciens pour sa propre promotion.

Une fois sa tournée des médias terminée, Jacques Dutronc décide de se séparer des Mod’s pour enregistrer son nouvel album avec de véritables musiciens de studio. Cependant, le claviériste des Mod’s intéresse Dutronc. Alain Le Govic est embauché pour enregistrer le deuxième 45 tours de Jacques Dutronc avec les titres « Les Plays-boys » et « La fille du Père-Noël ». C’est Alain Chamfort qui joue du piano sur le single qui va révéler Dutronc au grand public, « Les Plays-boys ».

Du coup, Alain devient musicien à part entière de Dutronc et les Mod’s se séparent. Seulement, en 1968, Alain Le Govic rencontre Dick Rivers qui lui propose d’enregistrer son premier album.

Dutronc entend parler du projet et demande à Alain de choisir entre son disque solo avec Dick Rivers ou bien poursuivre sa carrière en tant que musicien dans son groupe. Alain opte pour la première option et enregistre son premier 4 titres sous son véritable nom.

Mais le succès n’est pas véritablement au rendez-vous. Alain Le Govic poursuit ses collaborations en tant que musicien de studio et travaille aux côtés d’artistes comme Eric Charden, Herbert Léonard ou Gérard Manset.

La rencontre avec Cloclo

Petit à petit, avec son complice Michel Pelay, Alain commence à composer des chansons pour divers artistes comme Nicoletta, Hervé Vilard mais surtout Claude François.

L’idée de faire une carrière solo continue de trotter dans la tête d’Alain et malgré la sortie de quelques 45 tours, il ne parvient pas à percer.

En 1971, avec Michel Pelay, il monte un groupe de choristes constitué de 8 chanteurs. Les stars du moment comme Sheila, Enrico Macias ou Claude François, s’arrachent ce groupe de chanteurs pour les accompagner lors des sessions studios.

Jusqu’au jour où Claude François propose à Alain Le Govic d’enregistrer son premier album. Cloclo trouvant que le nom Le Govic ne sonne pas assez bien, décide de lui attribuer le nom de « Chamfort ».

Alain Chamfort se retrouve couvé par Claude François qui parvient à l’inviter dans ses émissions de télé et lui fait faire ses premières parties lors des tournées.

Alain Chamfort sort le 45 tours « L’amour en France » qui devient le tube de l’été 1973.

En savoir plus sur Alain Chamfort

Copyright : Quai Baco Stimuli - Mentions légales - S'abonner - Contact Pro - contact@quai-baco.com - Quai Baco Production